Sauverlinda's Blog

février 2, 2010

L’harcelement moral en famille…jamais je n’ai eu un combat aussi éprouvant et aussi légitime contre l’ignorance et l’arbitraire!

L’harcelement moral …une lacune juridique affreuse!


que dire quand cet harcelement est opéré au sein de

la famille?

L’harcelement familial que mènent une catégorie

de femmes perverses ou d’hommes pervers

au sein de leurs familles est un sujet à aborder

par nos parlementaires.

L’harcelement familial est un acte ravageur

pour celui qui le subit

face à l’absence de texte légal le réprimant.

L’harcelement familal dans le couple

mene à des divorces hautement conflictuels

où les dégats ne s’arrettent pas seulement

au conjoint harcelé mais s’étendent  aux enfants qui se

trouvent objet à aliénation parentale ,

sujet totalement méconnu en tunisie

alors que c’est un fait qui court les rues chez nous.

L’ aliénation parentale est dangereuse pour le

developpement psychologique de l’enfant,elle lui fait

perdre tout ses repères.

Tout parait normal en apparence,

mais la souffrance de ces enfants  est sans égale

et inaudible par le commun des mortels.

Elle s’installe en général quand une décision de

justice,souvent de façon  inconsciente de ce

phénomène ,confie la garde de l’enfant

au parent harceleur.

La situation empire quand l’enfant se trouve éloigné

géographiquement:

kilometrage= impossibilité de continuité avec

le parentqui n’a pas la garde d’où la mise du parent

aliéné dans l’impossibilité d’assurer sa tutelle et

de jouer son role éducatif et familial qui revient

de plein droit à chacun des parents.

et

temporellement :

visite espacées sans congés ni vacances…

Ce qui met l’enfant dans une situation où il est

« légalement mis en otage » chez un parent aliénant

qui aura libre court à manipuler

l’enfant,l’instrumentaliser à ses fins à lui  et le couper

progressivement de l’autre parent et faire perdre

à l’enfant tout ses reperes comme bon lui semble.

Aucun parent responsable et conscient des besoins de

son enfant ne peut accepter d’etre coupé de son enfant

et rester en observateur face à toute tentative

d’aliénation que subit son enfant.

En presence d’un parent aliénant dans le couple

et  en absence de compétence du juge de famille

en la matière ,où des indices très révélateurs de cette

tentative lui « passent sous le nez »,

le parent aliéné ne pourra etre que révolté

de se trouver dans une situation où il est tacitement

et injustement déchu de ses droits

de défense des interet de son enfant en danger

ce qui attise davantage la situation conjugale deja

conflictuelle par le comportement pervers du parent

aliénant qui cherche à pousser le parent aliéné à la

faute pour le pointer du doigt par la suite …l’enfant

devient un appat pour le parent aliéné ,et un vrai casse

tete pour le juge de famille qui se charge du

couple,mais qui reste en meme temps responsable

de l’impact de ses décisions sur l’avenir de l’enfant .

c’est pour cela que nos parlementaires doivent

se pencher sur cette question d’aliénation parentale

,qui est un sujet d’ordre médico-juridique où

l’expertise parentale devient ,dans l’interet supreme

de l’enfant,une nécéssité à laquelle aucun parent ne

doit se déroger et que le juge pourra ordonner sans

délai face à tout divorce conflictuel!

A suivre…

pour quand une loi contre l’aliénation parentale?

Publicités

janvier 26, 2010

Droit de l’enfant à se continuer avec ses deux parents

http://www.evene.fr/cinema/films/une-semaine-sur-deux-24119.php?video

Cela se passe en france ,où les enfants ont droit à la continuité avec leurs deux parents.

Je vie en tunisie,

On institutionnalise la coupure de l’enfant de son papa,si t’es un bon papa on te rendra la vie dure :Réclamer ce droit vous fera passer pour paranoiaque .

Ceci est un document qui m’a été remis par dr msaddak  jebnoun le lundi 25 janvier 2010 .

La question qui se pose …

qui est ce « on » qui est derrière

mon calvaire et celui de ma fille?

Est-ce ce « on « qui, jusqu’à ce jour,a:

1/a fait obstacle à l’ouverture d’une enquete sur l’abus de confiance opéré par ma femme qui a volé mes affaires personnelle et kidnappé ma fille?

2/qui a fait obstacle à l’enquete sur les faux témoignages manifeste qu’a présenté ma femme  et qui a bien étouffé toute enquete sur le document skype qui montre clairement une femme à la moralité des plus douteuses et des plus viles?

3/qui a été derrière la coupure manifeste de ma fille par des decisions de lois des plus aberrantes qui m’ont coupé de ma fille geographiquement et temporellement(visite deux fois par mois ,ni fetes ni vacances pour plus d’une année! ) et qui refusait toute demande de revision de ces decisions aberrantes….mis à part du culot d’une juge des plus inhumaine qui m’avait dit texto »s’il vous arrive de croiser le regard de votre fille dans une grande surface ,faites comme si vous ne l’avez pas vue! » et l’autre qui vous dit votre femme a la garde et la tutelle et vous n’avez pas le droit de superviser les interet de ta fille!

Suite aux faux témoignages et la manipulation de ma fille par la maternelle de soliman,j’ai averti ma femme par voie de huissier que ma fille ne peut continuer ses études dans cette maternelle malsaine et que j’ai du transferer son inscription dans une autre maternelle (privé) dans la meme ville. Ma fille n’a pas été transférée! et la juge de famille n’a donné aucune explication à ce dérapage qui forçait l’aliénation de façon institutionnalisée le moins qu’on puisse dire!

4/baclé l’affaire 1216 (enfance menacée d’aliénation parentale):

enquete sociologique et psychologique dar chabène:

aucune enquete sur la période d’ avant la séparation où chacun de notre entourage proche et lointain aurait pu témoigner de la haute qualité de vie que j’offrais à ma femme et ma fille et mes qualités parentales qui défient toute concurrence.Aucune écoute de moi avec ma fille qui aurait pu dévoiler les comportements aberrants de ma femme à l’égard de ma fille où elle cherchait à creer des problemes là où il y’en a pas et faire obstacle à tout developpement de notre relation de père à fille!

qui a écarté, au père que je suis , toute possibilité d’entretien  confrontant cette femme perverse de ses actes amoraux et irresponsables et tout entretien en presence de ma fille (ma fille a été écoutée 5 fois avec sa mère et sa grand mère qui la manipulaient et aucune fois avec moi ,alors que l’objet de mon signalement du danger sur ma fille était justement la manipulation de ma fille par ces deux femmes perverses qui l’on prise en otage et mis une chappe de plomb sur sa parole pour l’instrumentaliser comme bon leur semble ,la mettant dans la terreur chaque fois que son papa va la voir,et l’utilisaient comme un appat pour me nuire ,et les faux témoignages en sont un exemple)

Rapport tendencieux de la pédopsychiatre ahlem belhadj qui m’a écarté du rendez-vous et s’est permise d’aller au dela des regles de l’expertise et ne faisant aucune écoute de moi avec ma fille et a fait un rapport sur mesure pour ma femme (celle là l’avait meme contacté à korba ,lieu de son habitation!)

5/Est-ce que ce « on » est derrière le desistement de mes avocat en cours de route!

est-il aussi derrière le fait que la justice  ai fermé l’oeil sur la collusion manifeste des avocats(maitre abdelli qui se desiste de mon affaire 4 jours avant l’audience et comme par magie ma femme prend  pour avocat ,je cite maitre laaribi,l’avocat qui travaille dans le meme bureau que abdelli! de tout les avocats ma femme n’a t-elle trouvé que celui là ,installé à tunis à monplaisir?  il est évident que cela ne peut-etre une coicidence?

6/Est-ce que ce « on » serait aussi derrière le silence du ministère face à tout les dérapages que j’ai signalé et qui sont gravissimes(falsifications de pv entre autre!)????,

7/Est-ce que ce « on » serait derrière le piratage de ce site et  la suppression de 22 articles pour le deformer de son but?

8/Est-ce que ce « on » est derrière la mise en geole d’un père medecin ,menottes aux poignet,parcequ’il a du emmener sa fille au psy  que durant une année il n’arrettait pas de demander une expertise parentale et une expertise sur les rapports avec sa fille que cette femme cherche à salir et entourer d’une compagne de diabolisation injustifiée? de surcroit que cette femme n’a pas voulu récuperer sa fille des qu’il avait fini son expertise aupres du psy?

Ce on a  laissé libre cours à l’instrumentalisation de votre enfant que tu aimes et qui t’aime  par une femme perverse dont la moralité est la plus douteuse une femme qui fait montre d’abus de confiance manifeste sur son mari,sur laquelle on ne veut pas enqueter .

une femme qui coupe son enfant de son papa n’est pas digne de s’occuper d’un enfant.

Couper un père de son enfant de façon aussi barbare ne peut laisser personne de marbre .

Vivant tout un calvaire pour reclamer mes droits et ceux de ma fille à une continuité,aujourd’hui je me dit j’aurais du etre un animal et pas un bon père conscient et responsable !

Cela fait plus d’une année que je n’ai aucun droit de regard sur ma fille…que je reclame mes droits et ceux de ma fille à une continuité.

Et jusqu’à ce jour aucune enquete sur les agissements pervers de ma femme…meme pas le droit de voir ma fille à l’école pour 2 mn et l’embrasser….

aucune délocalisation de mon affaire depuis grombalia malgres les plaintes que j’ai déposé aupres du ministère de la justice qui sont restées sans réponses,sans enquetes…..

une prote ction de l’enfance de nabeul complice de ce processus d’aliénation contre laquelle on a porté plainte au délégué général de l’enfance ,aussi resté sans réponse……

Deterioration gravissime de mon activité professionnelle(sachant que j’exerce en privé) qui était des plus prometteuses…..

deterioration de ma situation bancaire suite à ce calvaire qui m’oblige à un absentéisme inévitable ,à des arrangements financiers sans fin!

quelle concentration pourrais je avoir sur mon travail suite à cet homicide psychique…..combien un etre humain peut resister à tout cela!

Ce qui est sûr c’est que ce « on » qui est derrière

mon calvaire est plutot un » con » ni plus ni moins ,

un clan de sans honneur qui croient que tout se vend et tout s’achète de la meme étoffe de la salope de manel ben fadhel  fille à la femme ordure marianne bregman …..qui ont pris ma fille en otage non pas dans une demeure mais dans une  senia  qui ferais office de dernier bastion de maison close (une simple enquete de police pourra le prouver si la police veut bien enqueter,car je n’ai ni l’éducation,ni le temps ni les moyens de le faire) et qui balottent ma fille entre les mains de personnes etrangères plutot que de la laisser se continuer avec son père,qui menacent la directrice de son école de retirer ma fille de son école si elle ose etre humaine et permettre ne serait- ce que de prendre  ma fille dans mes bras le temps de 2 minutes(bon sommeil à la protection de l’enfance de nabeul…continuez à trahir votre mission!)…

Il faut vous dire que :

Jamais je n’ai eu un combat aussi légitime

contre l’ignorance et la pourriture…

ce combat n’est pas seulement le mien …des millions sont là mais qui ne se revelent pas parceque prostrés par ce que de tel partenaire pervers osent inventer et leur faire endurer sans que ces pervers ou perverses aient le moindre sentiment de culpabilité pour la grossierté de leurs actes plutot le contraire..ils s’en delectent…comme ma salope de femme qui se delecte de voir sa fille privée de son père ….Cette femme je pisse dessus   et sur tous ceux et celles qui leur donnent la main dans leur crime!

http://enfantsdudivorce.wordpress.com/2010/01/27/des-millions-de-victimes-de-pervers-narcissiques/#comment-1000

janvier 17, 2010

Quand le fonctionnement des services de justice est defectueux,quel GACHI !Pour quand une loi TUNISIENNE contre l’aliénation parentale?

http://www.acalpa.org/pdf/comm_presse_proces_toulon_avril_2008.pdf

Le syndrome d’aliénation parentale….,une belle introduction en la matière….

http://www.acalpa.org/pdf/expertise.pdf

Thése à lire absolument…

http://www.village-justice.com/articles/IMG/pdf_SAP_241008.pdf

A présent je laisse soin à notre institution de justice d’enqueter sur cette association de malfaiteurs qui ont commis un crime des plus abominables sur une enfant et son père en mettant tout leur poids pour pousser un brave père qui n’a jamais manqué à son devoir ni patriotique ni conjugal ni paternel ni médical ,ni social .

un père qui s’est exaspéré de faire  preuve de retenues …

un père qui n’est point pret de lacher sa fille ou son droit à une protection et où par l’ironie du sors le danger se concentrait dans sa compagne et la mère de sa fille qui n’a aucune morale ,une psychotique blanc qui a bien su se cacher derrière les lacunes juridiques et l’irresponsabilité de quelques uns de ses acteurs….

Tout ce que j’ai écrit sur ce site est la vérité

et rien que la vérité.

Nous sommes face à un crime sordide sur un père et

son enfant et non sur un espace pour étaler un linge

sale!

A ceux qui cherchent la vérité ,

il n’ont qu’à ouvrir des enquetes

pour donner à chacun son droit le plus inaliénable

à un procès juste.

je ne vous demande aucune faveur!

Ecrire tant de pages ne pourrait etre un amusement(https://sauverlinda.wordpress.com/2009/10/09/le-site-sauverlinda-…une-enfant-tunisienne-pour-l’enfance-tunisienne…/)mais l’ultime moyen de dénoncer ce crime de viol psychique collectif( où plusieurs parti y ont mis la main ..juges y compris une juge de famille,protection de l’enfance,pédopsy,maternelles,avocats,khaled koubaa ,le beau frere de ma femme, qui représente Internet society  tunisie … )qu’on a opéré sur ma fille et l’harcelement continu que m’a fait endurer  ma femme et sa mère où elles se sont montrées d’une perversion sans égale dépassant toute imagination et où en corollaire il était évident que cette femme n’a jamais prétendu former une famille et respecter la vie conjugale mais tout simplement se faire blanchir sur le dos d’un fils de bonne famille qui a mené une vie paisible jusqu’au jour où il l’a connu et où elle a finit par lui rendre la vie infernale et où il ne comprenait pas chaque année son abondon du foyer conjugal sans raison aucune et sa determination à le couper de sa fille.

Jusqu’à ce jour je n’ai pas aretté de demander une expertise parentale pour les deux parents  à laquelle ma femme s’est opposée et aucun juge n’en a donné l’ordre dans l’interet de linda….bien au contraire on te fait toutes les intimidations du monde pour renoncer à votre continuité à votre fille quitte à vous accuser de délire de persécution,ce jeu ne me trompe pas et ne m’intimide pas sinon pourquoi toute ces parties n’ont pas porté plainte et ne m’ont pas confronté,pourquoi aucune enquète n’a été conduite sur tout ce qui incrimine la conduite totalement amorale et profondément perverse de ma femme, ou est-ce qu’ils prefèrent de prendre le temps pour effacer tout indice de leur crime collectif sur mes droits et ceux de ma fille ,que l’aliénation empreigne ma fille définitivement et que je sois épuisé totalement sur le plan materiel pour que je ne puisse plus assurer ma défense et me consommer cru….

https://sauverlinda.wordpress.com/le-dur-choix-proteger-votre-fille-ou-faire-face-a-vos-engagements-financiers-et-perdre-definitivement-votre-fille-jai-choisi-ma-fille-meme-si-jy-laisse-ma-vie-et-je-ne-reculerais-pas/

Je pourrais tout perdre sauf l’ame du père qui ne renonce pas à son enfant et à sa protection d’une mère perverse qui l’utilise comme outil de guerre pour detruire son père( en tissant une toile d’araignée de mensonges grotesques qui ne peuvent laisser personne de marbre) et lui faire perdre tout ses repères !

on m’a cloitré pendant plus d’une année à ne voir ma fille que dimanche,ni fete ni vacances,et d’un autre coté t’as aucune nouvelle de ta fille meme pas le droit de savoir dans quelle école elle a été inscrite?  non présentation d’enfant à deux reprises et non reception d’enfant sur lesquels la justice ferme l’oeil…et on continu à vous couper de votre enfant et à diaboliser votre image aux yeux de votre enfant et de tout le monde avec une determination sans égale….et encore aucune expertise parentale qui infirme ces prétentions graves sur un père et sa fille!

Avais-je un choix autre que d’aller contre ces décisions de justice qui n’ont fait  qu’endiguer mon enfant dans le danger où on ne pouvait voir à l’horizon qu’une coupure définitive de ma fille?

j’ai pris le risque d’emmener ma petite chez un pédopsy ,quitte à la ramener tout juste après l’expertise (qui a pris deux jours consécutifs le 01 et 02 octobre).



Pour éviter toute escalade de ma femme( qui ne cherchait que les procédures sur procédure en ficellant bien sa toile d’araignée de mensonge avec son avocat dont les rapports ont l’air de tout etre sauf des rapports d’avocat à une cliente)et le jour meme que j’ai obtenu le rapport d’expertise(02 octobre) j’ai du contacter une personne intermédiaire(le père d’une amie à ma femme) pour ramener ma fille à sa mère et lui éviter toute scene de la part de sa mère.il m’avait promis de me téléphoner le lendemain(samedi 03 octobre) pour que je ramène ma fille.J’attendais ce téléphone en vain et c’est la police qui vient me chercher pour me mettre en geole après que l’avocat de ma femme (nafaa laaribi m’est dénoncé à la police…)la maison de ses parents était mur à mur avec la maison d’un ami francais où j’étais avec ma fille dans l’attente de ce coup de téléphone qui ne venait pas!)

cette femme étais sur place(avait elle pris un avion f17 depuis soliman?) avec son avocat avec l’air des plus intimes ,son téléphone a d’ailleurs sonné dans la poche de son avocat…sourire aux levres…

Plus tard j’apprends que cet intermediaire a bel et bien contacté ma femme mais cette dernière lui a tout simplement demandé de ne pas s’immiscer et c’est pour ça que j’ai attendu en vain son coup de téléphone..lisez et comprenez par vous- meme!


Pour information,j’ai pris ma fille le 28 septembre à la recherche d’un psy compétent,et par internet  je tenais tout le monde jour pour jour informé où j’étais avec ma fille…mais ils  ont préféré censurer et éffacer ces articles!

me diaboliser et me mettre coute que coute en geole!

il n’était pas question de kidnapping

mais me nuire,mon enfant n’était qu’un pretexte!

lisez:https://sauverlinda.wordpress.com/criminalite-et-internet-qui-a-supprime-toutes-ces-pages-de-mon-site-pour-en-deformer-le-but/encore-et-encore-et-encore-supprimez-supprimez-supprimez-la-verite-eclatera-un-jour-jusquou-la-criminalite-de-la-belle-famille-peut-aller-pour-induire-la-justice-en-erreur-et-assurer-leur/

Cliquez sur l’article:

message de linda à manel ben fadhel

vous n’en trouverez aucune trace! et c’est khaled koubaa son beau frere qui est derrière sa suppression utilisant son titre de representant d’internet society en Tunisie…..la criminalité de cette famille va jusqu’à internet!

Protéger mon enfant est un devoir envers dieu ma fille ,moi meme et notre identité tunisienne que ces aberrations de justice se forcent à nous en défaire!

Juges,protection de l’enfance,pédopsy…cela fait longtemps que j’ai déposé mes plaintes de ce que je vous reproche sur votre bureau meme et en personne et vous n’avez pas répondu de vos actes d’ingérence inique dans ma vie familale ,les droits de mon enfant et les miens …pourquoi vous ne répondez pas si vous n’etes pas dans le tort le plus absolu? laxisme administratif diriez vous ? est-ce avec laxisme et baclage qu’on gère l’interet superieur d’un enfant ? et je suis tenu à la retenue face au danger qu’encours ma fille  sinon on te pointe de délire de persécution ,mais c’est la perversion meme!

Pour Mahmoud hmandi la vie conjugale est sacrée ,les enfants aussi….le mariage n’a jamais été une institution pour se blanchir ! nos enfants n’ont pas à payer le prix de la bassesse de telles femmes qui se croient tout permis au nom d’un code du statut personnel des plus laxiste et où rien ne réprime de tel comportement irresponsables et amoraux et ça je le dit à toutes les femmes de sa race et attire l’attention de nos parlementaires sur ce cas de figure douloureux de dérapages de notre code de statut personnel qui bafoue les droits de l’enfant et celui des pères au nom des droits de l’enfant où ce dernier ne sort que persécuté autant que son père!


en dernier mot ….

au delà de cette triste histoire,retenez deux mot

avant de vous quitter….

la perversion narcissique= danger

&

l’aliénation parentale= abus émotionnel grave sur enfant

que nos parlementaires doivent affronter par une volonté serieuse de créer une loi qui va contre ce fléau où tant de papa finissent par ne plus voir leur enfant! (que l’émission el hak maak puisse enfin débattre d’autres sujets que ces tristes histoires qui deviennent notre pain quotidien!)

Ouvrez vos enquetes , Dr.Hmandi est pret!


janvier 15, 2010

ni foi ni loi qui n’a aucun principe, qui pour elle tout les moyens sont bons pour arriver à ses fins et ce quelque soit les dégats qu’elle peut causer aux autres:un seul mot pour dire tout cela =une salope et manel ben fadhel est une salope fille de salope sur laquelle il est urgent d’enqueter sur son abus de confiance manifeste à l’égard de son mari et de sa fille !Entre les mains de qui vous avez confié ma fille messieurs les juges??????????pour combien de temps devrais-je me taire sur vos aberrations!!!!!

aujourd’hui eu lieu l’audience de reconciliation….

elle vient les cheveux en l’air

avec une permanente…fini le voile…

les allures ne vont pas du coté du voile à ce qu’il

parait..

Ce voile avec lequel elle m’accueillait à la maison….

mis à part ces chaines tv de casse tete de barbus qu’elle

regardait à la longueur de la journée sans que tu ne

percepte un signe de foi dans ses actes…

au point que j’ai du les supprimer en entier de la liste

des programmes.

Elle vient avec une reliure des articles que j’ai ecrit sur « sauverlinda » ce site qui était mon dernier recours face à tant d’injustices où elle s’est entourée de toutes les pourritures pour deformer les vérités comme d’habitude…

elle demande divorce pour tort à cause de ce site. ce site a vu le jour en septembre 2009…alors qu’elle a quitté le foyer conjugal kidnappant ma fille et volant mes affaires .. le 22 octobre 2008 …voilà il y a une année 5 mois…

A ce qu’il parait dénoncer ses crimes passe pour de la diffamation…Mais c’est bien qu’on commence à s’interesser à internet….qu’on prenne les écrits au serieux….alors autant messieurs les juges commencer par enqueter:

1/Sur le document skype que vous avez occulté et qui l’incrimine sans équivoque que c’est bel et bien une perverse narcissique sans foi ni loi….https://sauverlinda.wordpress.com/document-skype/

2/Enqueter sur ce document « sauverlinda » où ses malfrat d’associés du diable (les pirateurs d’internet) ont supprimé 22 articles qui parlaient des méfaits du divorce et de toutes mes bonnes intentions envers la justice que je n’arettais pas d’attendre avec toutes les retenues du monde…qui ne venait pas ce qui ne pouver qu’attiser ma révolte…enquetez! enquetez …je n’attends que ça!

Allez y je veux qu’elle porte plainte et je serais là pour dévoiler les tenants et aboutissant de chaque chose!

Skype:

Ce site que j’ai trouvé comme mon seul porte parole face à toute les injustices et les mensonges grotesques qui ne peuvent émaner que d’une perverse narcissique (un profil des plus destructeur) et les derapages des decisions de justices qui encourageait ses escalades…(et où j’ai  du contacter tout les niveaux de l’instance judiciares jusqu’au ministre mais sans aucune réponse) .

Alors que je cherchait à lui trouver des excuses et la clemence pour ces derapages,elle elle inventait les procedures les une derrières les autres et toujours avec l’imagination digne d’une mythomane d’une extreme perversion

et pourtant on avait prevenu ces escalades

et je n’ai rencontré que des corrompus….

et aucune enquete! aucune ! jusqu’à ce jour ….

alors que ma fille était sous viol psychique manifeste!

J’ai aucun respect pour les voyous ,

les voyelles non plus!

Je n’aretterais pas d’alimenter ce site

de tout les avancements de mon affaire

et celle de ma fille tant que la justice fait l’aveugle

et ne mene aucune enquete

pour verifier ce que j’avance!

les droits de ma fille ne sont pas à jeter à la poubelle!

décembre 25, 2009

ACTE1:Quand des maitresses d’école deviennent complice d’un complot sordide sur une enfant !

plus tard ma fille m’avoue que la directrice de la maternelle de nabeul et de soliman se connaissait bien deja,ce qui n’a pu que tardivement clarifier le complot que ma femme a tissé à mon dos depuis qu’elle étais au foyer conjugal pour faire de linda sa parfaite otage !

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=101677353 (cette video coupe étrangement depuis quelques jours  tout juste au milieu sans jamais atteindre la fin….à un passage où ma fille dit moi je veux aller chez maman sans qu’on lui ai posé de question!….les operateurs d’isoc tunisie sont-ils encore une fois derrière ????? tant pis, voyons s’ils peuvent censurer quoi que ce soit sur facebook!  cette fois-ci vous pouvez la visionner jusqu’à la fin!

vous comprendrez quelle révélation monsieur isoc tunisie a voulu étouffer!!!!!

:http://www.facebook.com/video/video.php?v=1310642014236

apres avoir été injustement coupé de ma fille,geographiquement (loin de 55 km) et temporellement (droit de visite 2 fois /mois ni fetes ni vacances) je me rend à la maternelle où ma femme a inscrit ma fille à soliman :

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=101677177

l’effet de la terrorisation sur ma fille est clair,

1/ »papa tu va partir après et moi je vais chez maman »

2/ »papa  ne viens pas à la maternelle car il ne faut pas interrompre le meddeb quand il récite le coran » comme si le meddeb venait chaque jour

3/ »papa reste là je vais demander à l’institutrice de me laisser partir faire mes courses scolaires avec moi…elle me laissera papa »

c’est clair que ma fille craignait que l’institutrice applique les recommandations de sa mère de ne poas me laisser contacter ma fille

4/l’institutrice:

* »ta femme est cool elle te laisse voir linda »

c’est comme si ma femme détenait la vanne pour m’autoriser ou non à accomplir mon devoir de suivre les interet de ma fille à l’école….la complicité de l’institutrice au processus d’aliénation est deja là!

* »mais tu sais comme toute mère ,elle a peur » peur de quoi ? que ma fille assure sa continuité avec ses deux parents alors que c’est ma femme qui a kidnappé ma fille et l’a coupé de son milieu naturel comme tout enfant sensé évoluer entre ses deux parents? encore un indice de complicité à l’aliénation parentale  qui a trahi cette institutrice qui feint faire  l’institutrice impartiale.

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=101602425

et puis à la fin de la visite c’est la grand -mère qui vient chercher ma petite! on a arraché ma fille de mes bras pour qu’elle soit balottée et que ce ne soit pas non plus sa mère qui s’en occupe mais pire,la grand-mère cette personne aliénante par excellence et amorale de la pire souche et qui a osé prétendre que ma fille a peur de moi!!!?

je signifie à l’institutrice que je ne veux pas qu’il y ai autre personne que ma femme  qui s’occupe de ma fille pour son école et qu’elle l’invite à venir chercher ma fille en personne. Et la la grand-mère me pousse devant ma fille comme ultime signature de l’aliénation parentale de cette perverse disant que ton papa est insignifiant et qu’il n’a aucune autorité  parentale!

j’ai déploré ce fait qui ne pouvait qu’ébranler ma fille qui est deja sous manipulation permanente de part sa mère et sa grand-mère ,et j’ai insisté que ce soit ma femme qui vienne chercher ma fille!

15mn passée et ma femme se manifeste avec un huissier notaire,pourquoi? à vous de deviner elle aurait pus plutot s’occuper de notre fille que d’etre disponible pour creer des problèmes là où il y en a pas et dont surtout ma fille n’a pas besoin de vivre…mais elle ,elle se fiche pas mal de notre fille ,notre fille n’est pour elle qu’un objet,une arme de guerre! son instrument pour provoquer un divorce de la façon la plus sordide!

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=101606180

le lendemain j’envoie à ma femme et à la directrice d’école une demande officielle que ce soit uniquement ma femme qui s’occupe de ma fille à l’école:

ma femme l’a pris chez le huissier,la directrice quant a elle l’a refusé :indice claire de complicité dans l’intention d’endiguer ma fille dans l’aliénation parentale malgrès le comportement manifestement déplacé et dangereux de la grand-mère dont les repercussion sur les representation parentale sont des plus dangereuse ce qui ne devrait pas échapper à l’esprit de n’importe quel éducateur de niveau élémentaire, que dire quand il s’agit d’une directrice de maternelle qui a bien roulé sa bosse!

Etant deja coupé de ma fille et de toute possibilité que ma petite puisse témoigner de quoi que ce soit,car deja prise en otage et sous dictature affective des plus abominables opérée par sa mère(usant de la peur la plus ancestrale qu’on puisse trouver chez  un enfant et qui est la peur de l’abandon par sa mère,se sentant deja abandonnée géographiquement par son père, bien que malgrès lui ,par une decision de juges  fondée sur aucune base tangible),ma  femme double alors le poids de sa perversion  invitant l’institutrice et la directrice de l’école à donner de faux temoignages et inverser totalement la version des faits!

Et comme les perverses narcissiques sont stratèges nées du mensonge,elle a deja pris la précaution de demander à notre fille de ne pas se faire filmer par son papa pour quelques raisons que ce soit ( http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=101606180)  pour qu’elle puisse réussir son crime parfait et qu’il n’yai aucun indice qui risquerait de dévoiler ses mensonges pour apposer enfin sa signature dans l’art où elle excelle et qui est celui  de se presenter comme la victime la plus persécutée sur terre!et c’est d’ailleurs la meme perversion morale que présente la grand-mère.  Ce que vous aurez bien pu remarquer dans la video précédente et que vous découvrirez aussi dans bien d’autres que vous aurez à voir comme témoignage qui dévoilent ses autres mensonges qu’elle a tissé en toile d’araignée!

et en voila une autre video qui témoigne clairement de l’harcelement que subit ma fille qui est prise en otage et abusée et instrumentalisée sur le plan émotionnel pour l’entrainer dans le mensonge ,oui c’est le danger auquel j’ai attiré l’attention du juge ,de la protection de l’enfance et des psy  mais c’était comme si je fabulais ou comme si c’était des visions de mon esprit: écouter par vous meme svp et revenez sur le rapport d’expertise de jean marc delfieux cet expert psychiatre auprès de la cour de nimes qui a parfaitement explicité ce que c’est l’aliénation parentale ,la perversion narcissique et le danger irreversible qui pesera sur l’enfant et qui brise l’enfant en profondeur avec le meme degrès de gravité qu’un abus sexuel!

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=101610170

Et attention ce n’est pas le seul mensonge sordide qu’elle a ficelé pour me couper de ma fille et me tuer « psychiquement » et jouer avec de tout les acteurs de justice,de l’enfance et toute autre personne crédule qui n’imaginerais jamais qu’il puisse exister des personnes d’une telle perversion morale et qui puissent en acteur nées se presenter sous un visage et un discours aussi angélique!

Et ce n’est pas fini,autant que j’étais conscient du danger qui s’opérait sur ma fille et que j’essayait par le peu de marge qu’on ma laissé pour se continuer avec ma fille,autant que les deux bonnes femmes perverses qui sont ma femme et sa mère mettaient plus de poids usant de toute personne pouvant servir leur stratagème pernicieux pour me mettre dans les situations les plus intimidantes et alienantes toujours en construisant sur la première base de mensonges comme m’empecher d’assurer mon devoir de suivre mon enfant à l’école( quitte à me pointer par la suite de negligeance afin de me retirer totalement la tutelle sur mon enfant en ayant leur sourire aux levres) :La directrice d’école donne des consignes pour qu’on me ferme la porte au nez si je me manifeste pour demander des nouvelles des études de ma fille: Veuillez regarder par vous meme!:

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=101677886

sachant qu’une des institutrices étais la femme du secretaire general de la municipalité de soliman ,ma femme n’a pas hésiter de l’impliquer comme pour disperser mon attention et me mettre en rivalité avec davantage de personne desquels elle s’est assurée de leur parti pris et dans l’espoir de me mettre dans des situations qui ne pouvait etre que conflictuelle comme je rencontrais des attitudes des plus aberrantes et gratuites….le gardien m’a demandé de contacter le secretaire général et puis il a eu peur me voyant filmer et s’est retracté pour signifier que c’étais les consignes de la directrice et qu’il risquait de se faire engueuler s’il m’autorisait à rencontrer la directrice…et il ne s’est pas aretté là …il a meme fermé la porte avec une chaine et un cadenas comme s’il étais en face d’un malfrat….et ce n’est rien par rapport à d’autre intimidations que j’ai reçu durant mon calvaire…mais rien ne m’a fait reculer…

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=101678237

et enfin le comble de la perversion ,voila ce que la directrice d’école a donné à ma fille à la fin d’année…

sa signature à son tour du crime parfait sur ma fille …pour l’emmener en profondeur dans la confusion émotionnelle.Hier on ferme la porte au nez de ce papa,dans le dos de ma fille ,la directrice fait un faux témoignage inversant la version des fait auquels ma fille a été témoin ..faux témoignage qui serait à meme de diaboliser ce père…le couper de sa fille définitivement….

La dictature affective sur ma fille et la campagne de diabolisation monte d’un cran,depuis la mère et la belle mère(http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=101670369)

elle passe au degrès de l’école pour finaliser le formattage affectif …lui dictant ce qu’elle est en droit de sentir ou de ne pas sentir! hier ton papa est le méchant…aujourd’hui il est le meilleur papa du monde! pour qu’aussi lorsqu’elle rentre chez sa maman ,que cette dernière lui dise :les enfants de l’école vont à Friguia ce week-end,tu sais c’est dommage…mais surtout ne le dit pas à papa car il ira jusqu’à friguia pour faire un scandale!

que doit encore supporter ma fille,protecteurs de l’enfance et juges? si vous vous en foutez moi je ne m’en fout pas ,vous avez brisé ma fille en profondeur …ma fille va bientot avoir comme une seule solution à sa souffrance qui dure depuis longtemps qu’elle vit un conflit de loyauté manifeste suite à sa prise d’otage par sa mère:  LE CLIVAGE…se séparer définitivement de son père qu’on a écarté géographiquement et temporellement!

Si Madame ahlem belhadj psy de son temps ne comprend pas ce que j’écris à propos de la souffrance de ma fille,ses confrères lui dirons qu’elle est tout juste bonne à prendre la serpillère et faire la femme de ménage domestique plutot que d’incendier le ménage des gens et briser tant d’enfants  auquels elle est sensé porter assisstance et non les endiguer dans le danger!  https://sauverlinda.wordpress.com/plainte-presentee-au-president-du-conseil-de-lordre-national-des-medecins/

Le démantèlement de cette toile d’araignée de mensonge continue et je ne m’aretterais pas de les devoiler et de dévoiler aussi les dégat actuels et à venir chez ma fille si on ne la tire pas du guepier où elle vit en ce moment entre ses deux personnes qui continuent à se soustraire d’une expertise psychologique parentale que je n’arette pas de réclamer!

A demain..inchallah et merci pour votre patience!

septembre 7, 2009

L’ENFANCE TUNISIENNE…

LE COMBAT EST DUR…MAIS JE SUIS PRET A TOUT LES VENTS!

L’AFFAIRE


LINDA HMANDI


UN PERE QUI NE CEDE PAS


FACE A:

1/L’Inculture sociétale et la resignation des papas

L’enfant porte en lui des élé­ments des deux parents. Le soi (la personna­lité de l’enfant) doit sa structure et sa sub­stance (on peut même dire son « essence ») à ses deux parents. Autrefois, on prenait la relation à deux (dyade) entre la mère et son enfant comme priori­taire ; aujourd’hui, les résultats de la recherche prénatale et néonatologique nous apprennent que l’enfant est, depuis sa conception, un dans une relation à trois (triade). C’est déjà au cours de la grossesse, donc dans sa phase intra-utérine, que l’enfant perçoit son père (par exemple, à travers les sentiments de la mère ou par le truchement de la voix du père). Durant la première année de la vie, la symbiose mère-enfant est d’une intensité toute particulière. Au tout début de sa vie, l’en­fant est particulièrement tributaire d’une re­lation amoureuse, nourrissante, sécurisante et rassurante avec sa mère. Sa perte représen­terait un très grand danger pour l’enfant. Plus la mère se sent en terrain sûr et connu dans sa relation avec le père et mieux elle peut rem­plir cette fonction.

C’est à partir de la deuxième et notamment à partir de la troisième et quatrième année que l’enfant suit le rythme naturel et com­mence à se développer en s’éloignant de sa mère,en se détachant d’elle et, pour ce faire, il a besoin de son père pour réussir son individuation, sa séparation et son autonomie.Lorsque celui-ci manque, pour quelques rai sons que ce soit, l’enfant reste souvent litté ralement lié à sa mère avec tous les impacts sur le développement de sa personnalité. Les complexes de symbiose non résolus (relations fusionnelles à la mère) jouent un rôle impor tant pour de nombreuses maladies de l’âge adulte telles que les névroses d’angoisse, les dépendances, les troubles de conduites du comportement alimentaire et les maladies psy­chosomatiques. Dans le cas de relation ex clusive entre l’enfant et sa mère ou entre l’en fant et son père, l’enfant ne peut pas apprendre à manier suffisamment bien le «triangle» exis tant entre lui-même, son père et sa mère. Plus tard, devenue adulte en situation matrimoniale, lorsqu’elle attendra elle-même un enfant, cette personne tendra souvent à se retirer de son rôle de parent ou de partenaire, délaissant l’en fant au profit de l’autre partenaire, ou bien elle tombera elle-même dans un rôle d’enfant, risquant de créer de graves conflits de couple. Être trop peu expérimenté dans le « tri angle » (mère-père-enfant) induit des pro blèmes relationnels au sein du groupe.C’est aussi pour assurer leur identité (confiance en soi) que garçons et filles ont besoin d’ex périences avec leur mère et avec leur père. Si l’absence d’un des parents fait que l’enfant est insécurisé au niveau du développement du rôle, il peut rencontrer ultérieurement des problèmes de communication avec des personnes de l’autre ou du même sexe.

Que se passe-t-il lors d’un syndrome d’aliénation parentale ?

La perte d’un des parents bouleverse profondément le soi del’enfant,sa structure et sa substance.L’enfant se sent brisé


2/Dérapages pour ne pas dire « corruption » comprenant :

avocats taupes

juges prenant les citoyens pour des moins que rien,

police très correcte dans la dissimulation des indices

délégation de l’enfance fautive avec une bougie à la main

psy  » el ghalba » ,

institutrices de niveau pré-historique ,pieds enfoncés dans le henné de la  malhonetteté..

3/Deux femmes salopes, ou perverse narcissique pour etre linguistiquement correcte,

l’ex élue de mon coeur et

sa mère qui a réussi son coup de tourisme sexuel des années 70…croyant que la vie conjugale est séduction pour réveler par la suite  sa vraie face : « tu marche dans ma combine ou je te rends la vie dure »….Une vermine qu’on abrite voila il ya trente ans sur notre sol tunisien dont elle méprise le peuple au point qu’elle n’aie jamais demandé de se faire naturaliser tunisienne(alors que d’autre l’on demandé à peine passé une année) et dont on essaye de dire aujourd’hui qu’elle est de confession musulmane alors qu’elle n’a jamais preté un jour un serment quelconque devant le mufti..(si on veut parler officiel maitre laribi le rigolo) qui n’a rien de catholique dans sa conduite….sa seule réligion est le profit…one vraie honte pour la hollande et  à qui je dit non les hollandais ne sont pas un peuple sans foi ni loi comme elle essaye de donner l’exemple…et que c’est pas parcequ’elle a des connaissances au ministère de la justice qu’elle fera la victime…je la connais mieux que ses relations au ministère…elle pourra faire  pousser ses mauvaises herbes mais loin de chez moi…

4/Lacunes juridiques ,pourquoi réviser des lois face à des citoyens qui ne réclament rien,qui n’ont aucune culture des droits de l’enfant et pour qui les enfants sont presque considérés comme une erreur de parcours conjugal ni plus ni moins et dont l’éducation repose sur le mot « sakkar fommok! »?

5/défis professionnels …..mon art dentaire qui ne supporte pas la médiocrité,et mes patients qui m’ont fait confiance et que je n’ai pas le droit de décevoir,pour qui les rendez-vous sont à la minute près…aujourd’hui leur médecin est comme dans un état comateux…

6/défis financiers…perturbation définitive de toute mes reserves…l’avalanche des chèques sans provision…comment un comateux peut payer quoi que ce soit?

7/défi familiaux….une maison paternelle qui risque d’etre confisquée pour la maudite somme de 16 millions…et ma famille à la rue…

TOUT CA !!!!


mais dites Dr HMANDI,

vous ne

souffrez pas d’un quelconque

délire de

persécution?

Non certainement pas…et ce que je vous ai remis sous vos yeux comme documents ne sont ni hallucinations ni des visions de l’esprit :

c’est du noir sur blanc….mis à part ceux que j’ai gardé pour moi pour ne pas nuire à ma défense face à des adversaires malhonettes qui ont  tant profité de ma transparence…

Je ne me tairais plus sauf si on me supprime la vie…et là bien sur je n’aurais aucun regret,j’aurais fait mon devoir…et de toute façon ça ne changerais rien je serais mort un jour ou l’autre ,si ce n’est pas aujourd’hui ce sera demain…personne ne m’intimidera donc…les chiens aboient et la caravane passe…

Et au passage ,ceux qui voudrons sortir la carte basse de la diffamation,qu’ils se presentent…il y a tout de quoi leur fermer la gueule et leur tirer le vers du nez! qu’ils avancent!cela fait longtemps que   je les attends pour ce jour!

Et pourtant…mon combat continue et continuera contre tout vent,contre les traitrises de tout genre que je rencontre…car la culture a toujours payé cher contre l’inculture de ceux qui nous entourent….Galilé..socrates…et j’en passe…l’ont payé de leur vie!

Pourquoi,

parceque je veux pas que mon enfant paye le prix de l’ignorance,

de l’inculture,

du non- amour déguisé en amour….

j’ai mal choisi sa mère…j’en ai la certitude aujourd’hui

(je croyais bien faire dans le temps et j’ai payé trop cher ma tolérance…tant criée par nos filles tunisiennes abusées par des irresponsables le moins qu’on puisse dire!…)

Du moment que c’est une certitude…il fallait pas continuer dans l’erreur,je protège ma fille tout en assurant sa continuité avec sa mère…cette femme criminelle qui a voulu lui supprimer la vie à 5 mois de grossesse sans aucun remord…et où personne ne compte dans ce monde face à son interet! et à qui ,par ironie du sort on  lui a confié la garde d’un enfant qu’elle n’a fait qu’instrumentaliser pour arriver à ses fins médicres comme d’habitude..

Ma fille a droit à une vie digne et je le ferais valoir…

Je ne suis nullement en contre courant de l’ordre des choses et j’adhère parfaitement au combat et à la colère du Pr.Maurice berger pour la cause de ces enfants abusés par des parents irresponsables,et à tant d’autres qui ont le mérite de sevir véritablement la cause des enfants par une implication inconditionnelle , par des travaux et des prises de positons qui forcent le respect…ce qui est déja loin d’etre le cas chez nous où certains pédopsychiatres tels que le Dr belhadj constituent un réel danger pour notre enfance du moment que le role d’expert n’est pas des moindre dans le processus de protection de l’enfance et où toute négligeance diagnostique pourrait etre fatale pour l’avenir de l’enfant…celle -là elle fait des rapports tendancieux comme on fait des baigners….

A ce sujet si personne n’arrive à me comprendre,une lecture de ce livre, comme début,pourra vous éclairer…non …vous secouer…tellement notre société…nos décideurs….en ont besoin:

alors qu’ils ont ratifiés tant de conventions internationales sur la protection de l’enfant , en matière d’abus émotionnel de l’enfant, ils légalisent les kidnapping des enfants et leur coupure de leur père! quoi de plus criminel?

Voila le livre dont je vous parle:

Ces enfants qu'on sacrifie

Entretien avec Marie Claire

Marie Claire: En France, 270 000 enfants et adolescents sont concernés par le dispositif de protection de l’enfance, que vous jugez inefficace et nuisible. Vous dites même que nous sommes face à l’un des grands scandales de la Ve République… Maurice Berger: Je lance en effet un appel à la désobéissance civile. En 1992 déjà, mon premier livre («L’Echec de la protection de l’enfance», éd. Dunod) dénonçait, en vain, les dysfonctionnements de la protection de l’enfance. Quand certains juges prennent des décisions qui vont à l’encontre du bien de l’enfant, les professionnels concernés doivent exprimer leur réticence, voire leur refus de mettre en oeuvre ces décisions. Vous savez, je suis respectueux de l’ordre établi; si j’agis ainsi, c’est parce qu’il n’existe aucun autre moyen de faire cesser ce scandale. Tous les jours, dans notre service arrivent des enfants qui n’auraient pas dû devenir malades si l’on avait prêté plus attention aux dangers auxquels ils étaient exposés et aux signes qu’ils manifestaient. En France, nous sommes confrontés à deux types de risques. Ceux qui sont visibles, comme les coups et les abus sexuels, ne représentent que 22 % des affaires. C’est vrai qu’il y a des ratés énormes, comme on l’a vu à Outreau et à Angers, mais dans l’ensemble, les enfants concernés sont assez bien protégés. Pas parce que l’on s’en soucie davantage, mais parce qu’un professionnel qui ne prend pas les mesures qui s’imposent risque désormais le pénal. On est contraint, donc on protège mieux… Et puis il y a toutes les autres affaires, soit 78 % des cas: des enfants qui sont dans des situations de traumatisme psychique sévère, avec des parents très négligents, toxicomanes, malades mentaux, psychopathes violents… Pour eux, hélas, la décision est complètement aléatoire. On maintient souvent une aide à la parentalité, même lorsqu’elle est inefficace.M. C.: Vous êtes très sévère envers les juges. A côté des «vrais» magistrats, vous dénoncez ceux que vous appelez «savonnettes», incapables de protéger l’enfant en danger…M. B.: Le «vrai» juge écoute l’enfant et défend son intérêt. Il a des paroles fortes, sur lesquelles l’enfant, les autres professionnels et les parents vont pouvoir s’appuyer. Il dit à l’enfant, par exemple, qu’il n’a pas à passer sa vie à attendre que sa mère revienne. En errance depuis des années, elle n’arrivera sans doute jamais à s’occuper de lui. Il lui donne ainsi la permission d’aimer d’autres personnes, de construire sa vie avec elles. Ce juge, qui est alors la voix de la société, autorise cet enfant à avoir des investissements affectifs autres que pour ses parents. Le juge «savonnette», lui, démarre l’audience en étant réceptif aux rapports qu’on lui a remis, avant de fondre peu à peu face à la parole des parents qui se présentent comme des victimes… Ce qu’ils sont, d’ailleurs: la plupart d’entre eux ont vécu une enfance désastreuse. Ce magistrat finit par lâcher sur l’essentiel et ne dira pas les paroles sur lesquelles l’enfant pourra s’étayer. Les parents, qui sentent que ce juge n’est pas convaincu, seront alors dans une position de revendication permanente. Et même si l’on décide d’un placement, les parents vont constamment répéter à l’enfant: «Je vais tout faire pour que tu rentres à la maison.» L’enfant ne se sentira jamais en sécurité. En fait, un placement, quand il est inévitable, ne suffit pas à garantir la protection psychique de l’enfant.

M. C.: Vous dites que d’autres juges, rigides, sont convaincus de la valeur intouchable du lien parent-enfant. Pourquoi s’identifient-ils ainsi aux parents et non aux enfants?

M. B.: En France, il existe un grand mythe qui voudrait que l’on trouve un équilibre entre les droits des parents et ceux de l’enfant. C’est une formule irréaliste. Un enfant est un être vulnérable, dépendant de son entourage, dont la personnalité est en construction. Il n’a pas toujours la parole, contrairement à ses parents. Finalement, soit on est ému par les parents, soit on en a peur. C’est le gros tabou chez les professionnels de l’enfance: on dissimule la peur que l’on éprouve face à des parents violents et dangereux. Je crois aussi que l’on ne veut pas s’identifier à ce qu’un enfant ressent, parce que c’est insupportable.

M. C.: La raison de cet aveuglement relève surtout d’une volonté d’ordre idéologique de maintenir à tout prix le lien familial, volonté que vous ne cessez de dénoncer…

M. B.: Pourquoi, en France, sommes-nous si obsédés par le lien du sang? C’est une question que l’on me pose souvent à l’étranger. Mes confrères italiens me disent: «Nous, nous sommes catholiques, la famille et la mamma sont sacrées… pourtant, nous n’hésitons pas à séparer l’enfant de ses parents toxiques.» Idem au Québec et en Grande-Bretagne. En France, pays à fonctionnement idéologique, les combats d’idées priment sur la réalité. Et la première idéologie, c’est la précarité: c’est parce que les parents sont pauvres qu’ils n’arrivent pas à s’occuper de leur enfant, qu’ils le maltraitent et le délaissent. Il est vrai que la pauvreté aggrave tout: les soucis, la déprime, la promiscuité. Mais dans les situations graves – elles ne sont pas rares – qui nécessitent des placements, les parents, avant d’être pauvres, sont des personnes qui ont des troubles psychiques, une impulsivité extrême ou une dépression permanente. Personne ne veut le reconnaître. Cela serait trop simple si c’était à cause de la précarité: la société serait donc responsable. Pourtant, les Etats-Unis se sont trompés avant nous, les autorités y ont même modifié les textes pour essayer de maintenir le lien biologique à tout prix. Les enfants ont donc été retirés de leur famille d’accueil pour retourner chez leurs parents. Plus de 10 milliards de dollars ont été investis pour aider les parents biologiques et évaluer les résultats, qui se sont révélés catastrophiques. Mais qui, en France, s’est donné la peine de lire ces travaux?

M. C.: En fait, on se refuse à penser qu’il existe des parents qui ne seront jamais capables de l’être…

M. B.: Tout à fait. En Italie, on parle de «parents intraitables», au Québec, «d’incapacité parentale permanente». En France, il est tabou d’affirmer que des parents sont incapables d’avoir une présence physique continue et pratiquent ce que l’on appelle le «délaissement parental prolongé». Mais comme on dit au Québec: «Un enfant n’est pas un appareil vidéo qu’on met sur pause.» Attendre en vain ses parents le destructure. Ou encore que se passe-t-il quand nous disons: «Ces parents n’y arriveront pas, en tout cas pas avant dix ou quinze ans»? On nous rétorque: «Mais, Monsieur, il faut que la situation évolue, que l’enfant retourne un peu chez ses parents.» Comme on refuse d’admettre que les parents n’évoluent pas, on réexpose l’enfant, qui sert régulièrement de testeur. Et quand ce dernier va de nouveau mal, on le retire: le test est positif!

M. C.: Le coût humain aussi est catastrophique. On ignore souvent que la maltraitance entraîne des déficiences intellectuelles…

M. B.: Dès la naissance, les enfants utilisent un mécanisme de défense qui est de geler leur intelligence et leurs sentiments: ils arrêtent de penser parce que ce qu’ils vivent est trop insupportable. Nous fabriquons des enfants déficients intellectuels. Là encore, nous touchons à l’idéologie. Combien d’équipes disent: «Moi, je ne veux pas tester les enfants, car je ne veux pas les enfermer dans des cases.» Nous, nous testons régulièrement leurs quotients intellectuel et de développement, afin d’évaluer notre travail. Ceux qui refusent de le faire évitent ainsi de rendre des comptes. Ces enfants ne progressent pas intellectuellement parce qu’ils n’ont pas non plus de figure ….

Sur un site traitant de pervers

narcissique,une internaute a formulé

ceci  à son auteur:

Pomme (17:53:05) :

Hervé, tu déniches toujours un tas d’infos intéressantes.
On espère à chaque fois qu’un livre sort qu’il se passera quelque chose…

Je crois, au travers de ce que je vois qu’il ne faut pas oublier une

chose capitale.


Les PN sont des personnalités difficiles à détecter.


Dès lors, il me semble qu’il est périlleux de pouvoir mettre en place quelque chose

sans que ça ne puisse devenir dangereux dans l’autre sens, à savoir ceux qui

abuseraient de l’info et accuseraient l’autre parent d’être PN.

Tous ceux qui font suivre leurs enfants par des pédopsy ou des psychologues avertis le savent : on ne règle pas ça en une ou deux séances.
Il faut des faits avérés. Il faut le témoignage de l’enfant aussi. Le vrai, celui qui laisse présager d’une vraie souffrance psychologique.
Personne ne se basera sur un seul fait.
Oui c’est dommage pour tous ces enfants.
Mais même si le chemin nous semble parfois long, si on est s’essouffle parfois, il ne faut pas perdre l’espoir que cela s’arrange.
Et ça finit par s’arranger, j’y crois fermement.

Maintenant, reste à la justice à former aussi les magistrats qui reçoivent des plaintes de réagir violemment et non légèrement comme j’en ai entendu parfois parler.

Lien:http://enfantsdudivorce.wordpress.com/2009/06/26/ces-enfants-quon-sacrifie-reponse-a-la-loi-reformant-la-protection-de-lenfance/#comments

La juge de famille? ou la la ,un vrai ,non, un picasso des plus mal reproduits…celle là ne connais pas la médiation familiale…l’écoute de l’enfant…un sujet qui lui est etranger…c’est madame connait tout…je la laisse se plaire à opérer sous l’angle du copinage…du sectarisme féminin …le jour où elle sera mère elle reviendra me faire des excuses….

A suivre…Avec les salutations du Dr. Hmandi & de Linda Hmandi

Copie de 08 10 11. Linda, Marie, Mahmoud

Dr Hmandi Mahmoud

août 13, 2009

Le syndrome d’aliénation parentale

http://www.paulwillekens.be/pw/pas.htm#2.1.2.4.

http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/pages/Le_Syndrome_dAlienation_Parental_presentation-34998.html

Syndrome d’Aliénation Parentale : Comment le détecter et le traiter.

Par Michael BONE et Michael R. WALSH

Bien que le Syndrome d’Aliénation Parentale (PAS) soit un terme familier, il y a encore une grande part de confusion et de zones d’ombres sur sa nature, ses dimensions et par conséquent sa détection [1]. Son existence est cependant incontestable. Dans une étude longitudinale de 700 divorces  » hautement conflictuels  » suivis pendant 12 ans, il fût conclu que des éléments du PAS sont présents dans la grande majorité des cas [2]. Le diagnostic de PAS est réservé aux professionnels de santé mentale intervenant dans les tribunaux comme experts. Les éléments du diagnostic sont généralement décrits en termes cliniques qui restent vagues et ouverts à l’interprétation et, par conséquent, susceptibles d’arguments pour ou contre par des contre-experts. Le phénomène d’un parent montant l’enfant contre l’autre parent n’est pas un concept compliqué, mais historiquement il a été difficile à identifier clairement. Les dossiers impliquant le PAS sont donc hautement litigieux, pleins d’accusations et de contre accusations, et enlisent les tribunaux dans une recherche sans fin de détails qui se révèlent n’être finalement rien d’autre que des bruits de couloir. Notre expérience nous a montré que le phénomène PAS laisse des traces qui peuvent être identifiées plus efficacement en faisant abstraction des accusations hystériques, et en progressant dans une direction plus positive.

Pour aborder cet article, les auteurs supposent un bon degré de familiarité avec le PAS de la part du lecteur [3]. Il y a de nombreux bons écrits sur le PAS que le lecteur pourrait souhaiter consulter maintenant ou dans le futur pour son information générale. Notre propos est ici beaucoup plus étroit. En particulier, le but est double. D’abord, nous décrirons 4 critères spécifiques qui peuvent être utilisés pour identifier un PAS potentiel. Dans la plupart des cas, ces critères peuvent être identifiés à travers les faits du dossier, mais peuvent aussi être révélés lors des dépositions ou des témoignages en audience. Deuxièmement, nous voulons introduire le concept de  » tentative  » de PAS, c’est à dire quand les critères de PAS sont présents, mais l’enfant n’est pas aliéné avec succès du parent absent. Ce phénomène est néanmoins tout à fait désastreux et le fait que l’enfant ne soit pas aliéné ne doit pas être considéré comme neutre par le tribunal.

Toute tentative d’aliéner l’enfant de l’autre parent doit être vue comme violation directe et délibérée d’un des premiers devoirs de parentalité.

Les critères décrits ci-dessous sont clairement faciles à identifier indépendamment du dossier judiciaire. Quand il y a doute sur l’un d’eux, ces critères peuvent être utilisés pour guider l’avocat dans la déposition des témoins aussi bien que dans leur examen au tribunal.

Critère I : Entrave à la relation et au contact

Le critère I concerne l’entrave active à la relation et au contact entre l’enfant et le parent absent. L’argument utilisé pour justifier cette entrave peut prendre de nombreuses formes. Un des plus courants est celui de la protection. Il peut être argumenté que le jugement (la capacité ?)parental du parent absent est inférieur et alors l’enfant vit très mal les visites. Dans les cas extrêmes, cela peut prendre la forme d’allégations d’abus, très souvent d’abus sexuels. Cela sera traité plus en détails dans le critère II, mais il suffit de dire cela pour que ce soit une bonne raison pour suspendre ou même mettre fin aux visites. A un niveau plus courant et subtil, l’argument invoqué pour suspendre les visites est que le parent absent n’est pas  » stabilisant  » pour l’enfant et qu’ils ont besoin de temps  » pour s’y adapter « . Le message est dans ce cas-ci que le parent absent est considéré moins comme un membre clé de la famille et plus comme une connaissance agaçante que l’enfant doit voir de temps en temps. Au cours du temps, ceci peut avoir un effet sérieux d’érosion de la relation entre l’enfant et le parent absent. Une expression encore plus subtile de ceci est que la visite n’est pas  » commode « , la reléguant de ce fait au statut de devoir ou de corvée. De nouveau le résultat est l’érosion de la relation entre l’enfant et le parent absent ou  » ciblé « . Un phénomène souvent vu dans ce contexte est que la moindre entorse au programme prévu pour les visites est utilisée comme une raison pour supprimer complètement la visite.

Le fil conducteur de toutes ces tactiques est qu’un parent est supérieur à l’autre et par conséquent que celui-là doit être écarté de la vie de l’enfant. Le parent aliénant dans ces circonstances agit de manière inappropriée comme écran entre l’enfant et le parent absent. Quand ceci intervient pendant des périodes substantielles de temps, l’enfant reçoit le message non dit mais clair qu’un parent est supérieur à l’autre. Les plus jeunes enfants sont plus vulnérables à ce message et tendent à l’accepter sans esprit critique. Cependant, on peut toujours détecter des éléments faisant écho à ceci même au cours de l’adolescence. Le concept important ici est que chaque parent reçoive la responsabilité de promouvoir une relation positive avec l’autre parent. Quand ce principe est violé dans le contexte d’entrave à la relation sur une base consistance, on peut assurer que le critère I a été identifié sans aucun doute.

Critère II : Allégations non fondées d’abus

Le second critère est relatif aux accusations fausses ou non fondées d’abus à l’égard du parent absent. L’expression la plus stridente de ceci est la fausse accusation d’abus sexuel [4]. Il a bien été étudié que l’incident de fausses allégations d’abus sexuel compte pour plus de la moitié des cas étudiés, quand les parents divorcent ou sont en conflit sur des éléments postérieurs à la séparation [5]. Ceci est le cas en particulier avec les petits enfants qui sont plus vulnérables aux manipulations impliquées par de telles fausses allégations. Quand le dossier montre qu’au moins un rapport d’un tel abus s’avère non fondé, il est conseillé à l’enquêteur de rechercher d’autres expressions de fausses accusations.

D’autres exemples de ceci peuvent être trouvés dans les allégations d’abus physique que les enquêteurs montrent ultérieurement comme étant non fondées. Notre expérience nous a montré qu’il y a moins de fausses allégations d’abus physiques que d’autres formes d’abus, probablement parce que les abus physiques laissent des traces visibles évidentes. Ceci est évidemment beaucoup plus facile d’accuser mensongèrement quelqu’un de quelque chose qui ne laisse aucun signe physique et n’a pas de témoin tiers.

Une forme plus courante d’expression de ceci serait celle qualifiée d’abus émotionnel. Quand de fausses allégations d’abus émotionnel sont soulevées, on trouve souvent que ce qui est présent est en l’occurrence un jugement parental différent qui est considéré comme  » abusif  » chez le parent absent. Par exemple, un parent peut laisser un enfant veiller plus tard le soir que l’autre parent, et ceci peut-être considéré comme  » abusif  » ou  » préjudiciable  » à l’enfant. Ou un parent peut introduire son nouveau  » partenaire  » dans la vie de l’enfant avant que l’autre parent ne l’estime pertinent et ceci peut aussi être qualifié d’ »abus  » de l’enfant.

Alternativement, un parent peut engager un enfant dans une activité que l’autre parent désapprouve et cette activité est, en la circonstance, une différence d’opinion parentale qui est alors décrite comme étant abusive par nature. Ces exemples, aussi triviaux qu’ils puissent le sembler individuellement, peuvent conduire à la position de traiter la différence parentale dans des termes inappropriés de jugement subjectif. Suivant ce schéma, toutes les façons d’agir peuvent être présentées de façon à véhiculer le message d’abus, directement ou indirectement. Quand ce phénomène intervient littéralement des milliers de fois et de manières différentes, chacun semble insignifiant en lui-même, mais l’atmosphère émotionnelle qu’il crée induit un effet clairement aliénant sur l’enfant.

Evidemment, ce type d’acrimonie est très courant dans les séparations mais de tels conflits ne doivent pas nécessairement être mal interprétés ou pris comme une illustration du syndrome PAS. Cependant, ce critère est clairement présent et identifiable quand le parent est très motivé pour lancer violemment les allégations d’abus, plutôt que d’être réservé, prudent et même réticent à faire ainsi. Ce dernier cas est plus à mettre en relation avec la responsabilité du parent à encourager et à favoriser ouvertement la relation avec l’autre parent. Le parent responsable n’invoquera seulement des mauvais traitements qu’après avoir essayé et échoué d’expliquer pourquoi le problème en question ne constitue pas une maltraitance. En résumé, le parent responsable donnera à l’autre parent le bénéfice du doute quand de telles allégations surviennent. Il ou elle hésitera de quel coté pencher, alors que le parent aliénant ne ratera pas une occasion d’accuser l’autre parent. Quand cette attitude existe de manière claire et cohérente, ce critère du PAS est confirmé.

Critère III : Détérioration de la relation depuis la séparation

Le troisième des critères nécessaires pour la détection du PAS est probablement le moins décrit et identifié, mais est fondamentalement l’un des plus importants. Il est relatif à l’existence d’une relation positive entre l’enfant mineur et le parent absent ou  » non-résident « , avant la séparation du couple, et à sa dégradation substantielle ultérieure. La reconnaissance d’un tel déclin ne va pas de soi. C’est, de plus, l’un des plus importants indicateurs de présence de l’aliénation mais aussi la mesure de son  » succès  » relatif. A titre d’exemple, si un père avait une relation bonne et réciproque avec les enfants avant la séparation, et une relation très distante après, alors on peut à tout le moins supposer sauf preuves du contraire, que quelque chose a causé ce changement. Si ce père essaye clairement de maintenir une relation positive avec les enfants à travers des visites régulières et autres activités et que les enfants ne veulent pas le voir ou l’impliquer dans leurs vies, alors on pourra seulement spéculer qu’un processus d’aliénation a été mis en œuvre. Les enfants ne perdent naturellement pas l’intérêt pour le parent  » non résidentiel  » ni ne deviennent pas distant simplement en vertu de l’absence de ce parent. Aussi, des relations parentales saines et établies ne s’érodent pas naturellement. Elles doivent être attaquées. Alors, un dramatique changement dans ce domaine est toujours un indicateur virtuel qu’un processus d’aliénation a eu quelque succès dans le passé.

En particulier, si une évaluation soignée de la relation parentale avant séparation n’est pas faite, son omission crée l’impression que le trouble ou même le statut d’aliénation qui existe depuis est plus ou moins un résumé précis de ce qui existait auparavant. Remarquons que rien n’est moins sûr ! Une relation aliénée, partiellement aliénée ou de manière intermittente avec le parent non résidentiel et l’enfant après la séparation est plus précisément une distorsion de la réelle relation parentale en question. Sa mise à exécution conduit souvent à une atmosphère hystérique qui est souvent présente dans ces dossiers. Un praticien soigneux sait bien qu’un examen approfondi est nécessaire et qu’il doit être conduit avec la plus haute minutie et un examen rigoureux .

Si cette pièce du puzzle est négligée, les conséquences peuvent être dévastatrices pour la survie de cette relation. Alors, sans cette composante, le tribunal peut facilement être tenté de conclure prématurément ou être trompé afin de penser que le trouble de l’environnement de séparation est représentatif de la vraie relation parent-enfant. Dès que ce jugement est prononcé par la cour, c’est un défi difficile de corriger cette perception.

A propos d’un problème différent mais qui est liée, on doit dire un mot à propos de l’utilisation d’experts. D’abord, il faut comprendre que tous les professionnels de santé mentale ne sont pas conscients ou ne savent comment traiter le phénomène PAS. En fait, quand un professionnel de santé mentale peu familier avec le PAS est consulté pour une recommandation au sujet du droit de visite et d’hébergement ou des problèmes liés, il ou elle peut potentiellement faire plus de mal que de bien. Par exemple, si le psychologue néglige d’enquêter sur la relation avant la séparation avec le parent  » non résidentiel  » et l’enfant, il ou elle peut alors très facilement évaluer à tort que l’acrimonie actuelle est représentative de la relation, et recommander que l’enfant doit avoir moins de visites avec le parent, confortant évidemment ainsi la progression du PAS non diagnostiqué. Si cet expert néglige aussi l’évaluation critique des accusations d’abus ou le moment où elles sont apparues, elles pourraient être prises pour argent comptant et alimenter potentiellement un PAS non diagnostiqué. Si ce professionnel n’est pas aussi sensible aux subtilités de l’obstruction de l’accès et du contact que son initiateur, il ou elle pourrait potentiellement l’encourager, contribuant par là au processus de PAS . Quand ces choses arrivent, l’expert professionnel de santé mentale devient alors partie prenante du PAS quoique involontairement. Ceci est alarmant, et arrive souvent. Suffit-il de dire, si on soupçonne un PAS, que l’avocat doit attentivement et soigneusement évaluer l’investigation et la conclusion du professionnel de santé mentale. Ne pas le faire peut causer un dégât irréversible au dossier, et finalement à l’enfant.

https://sauverlinda.wordpress.com/une-page-que-je-dedie-a-la-pedopsy/plainte-presentee-au-president-du-conseil-de-lordre-national-des-medecins/

Critère IV : Réaction de peur intense des enfants

On considère que le quatrième critère nécessaire pour la détection du PAS est plus psychologique que les trois premiers. Il fait référence à une réaction évidente de peur de la part de l’enfant, de déplaire ou de contrarier le parent potentiellement aliénant à l’encontre du parent potentiellement cible. En résumé, un parent aliénant applique l’adage :  »  My way or the highway ». Si l’enfant désobéit à cette directive, en particulier en exprimant une approbation positive du parent absent, les conséquences peuvent être très sérieuses. Il n’est pas rare pour un parent aliénant de rejeter les enfants, en leur disant souvent qu’ils pourraient aller vivre avec le parent cible. Quand ceci arrive, on voit souvent que cette menace n’est pas mise à exécution , mais elle agit encore comme un message d’avertissement permanent. L’enfant, en effet, est mis dans une position d’être l’ » agent  » du parent aliénant et est continuellement confronté à divers tests de loyauté. La conséquence importante ici est que le parent aliénant force alors l’enfant à choisir ses parents. Ceci, évidemment, est en opposition directe avec le bien-être émotionnel de l’enfant.

Afin d’apprécier pleinement ce scénario, on doit réaliser que le processus PAS agit dans un environnement  » basé sur la terreur « . C’est l’installation de la terreur par le parent aliénant chez l’enfant mineur qui alimente la conduite dans cette voie.

http://www.facebook.com/profile.php?id=1307745103&ref=name (s’appretant à une sortie)

Cette peur conduit à ce que la psychanalyse nous dit être l’émotion la plus fondamentale inhérente à la nature humaine – la peur de l’abandon. Les enfants dans ces conditions vivent dans un état de désordre chronique et de menaces de représailles. Quand l’enfant ose vraiment défier le parent aliénant, ils apprennent rapidement qu’il y a un sérieux prix à payer. Ensuite, les enfants qui vivent de telles vies développent un sens aigu de la vigilance pour ne pas déplaire au parent aliénant. L’observateur sensibilisé peut le constater lorsque les programmes de visite changent subitement sans raison apparente. Par exemple, lorsque l’instant du rendez-vous approche, l’enfant change subitement d’humeur et commence à protester bruyamment contre une visite dont il ne s’était pas plaint auparavant. C’est dans ces circonstances qu’un tribunal, suspectant le PAS doit appliquer dans des termes stricts les visites programmées qui autrement n’auraient pas lieu ou seraient ignorées.

Le parent aliénant peut sembler le plus souvent désorienté face au changement soudain dans l’attitude de l’enfant à l’égard des visites. En fait, le parent aliénant apparaîtra souvent comme celui qui encourage les visites. Ce scénario est très courant dans les familles PAS. Il est standard car il dissimule, au moins pour un instant, la politique de terreur (ou le mécanisme de peur) sur lequel repose le processus d’aliénation. Une autre manière d’exprimer ce concept serait qu’à chaque fois que l’on donne à l’enfant le choix de la visite, il est mis en position d’exprimer sa loyauté à l’égard des souhaits du parent aliénant en refusant toute visite avec le parent absent. S’écarter de cela ouvre la porte à l’abandon de l’enfant par le parent avec lequel l’enfant vit la grande majorité du temps. Les enfants, dans ces circonstances, n’opteront pas de leur plein gré vers le libre choix. Le tribunal doit alors agir de manière expéditive pour les protéger et utiliser un éventail de remèdes spécifiques et disponibles [6].

En conséquence de ce qui précède, les enfants apprennent à manipuler. Les enfants choisissent souvent un parent au détriment de l’autre, dans une démarche visant à obtenir quelque avantage. Dans le cas du PAS, la même dynamique agit à un niveau plus désespéré. Car au delà de manipuler pour obtenir un avantage, les enfants apprennent à manipuler juste pour survivre. Ils deviennent experts avant l’âge pour décrypter l’environnement émotionnel, dire des vérités partielles, et enfin s’enliser dans les mensonges. On doit cependant rappeler que ce sont des stratégies de survie qu’ils ont été obligés d’apprendre afin de préserver la paix à la maison et éviter les attaques émotionnelles du parent gardien. Cette explication étant donnée, il est parfois plus facile de voir pourquoi les enfants, dans un effort pour gérer cette situation, trouvent souvent plus facile de commencer à intérioriser les perceptions du parent aliénant à l’égard du parent absent et commencer à faire écho à ces sentiments. C’est l’un des plus irrésistibles et dramatiques effets du PAS, c’est à dire, entendre un enfant vilipender le parent absent et rejoindre le parent aliénant dans de telles attaques. Si l’on n’est pas sensible au  » mécanisme de terreur  » au cœur de ceci, il est difficile de ne pas prendre les protestations de l’enfant pour de l’argent comptant. Ceci, évidemment, est conforté lorsque l’expert n’est pas sensible à cette puissante composante de terreur, mais croit que l’enfant exprime ses sentiments profonds en contrevenant par un plan de  » non visite « .

Conclusion

Tous les critères énumérés ci-dessus peuvent sembler indépendants les uns des autres dans les séparations hautement conflictuelles, mais rappelons que la présence de quelques uns d’entre eux ne constitue pas toujours un PAS. Cependant, lorsqu’ils sont présents tous les quatre, et si la possibilité de réels abus a été raisonnablement écartée, le processus d’aliénation parentale agit. Ceci ne veut pas nécessairement dire, cependant, qu’il réussira à ce que l’enfant soit aliéné avec succès du parent cible. Le meilleur indicateur prévisionnel d’une aliénation réussie est directement lié au succès du parent aliénant d’écarter les enfants du parent cible. Quand il y a des périodes substantielles au cours desquelles ils ne voient pas l’autre parent, les enfants sont plus probablement empoisonnés par ce processus. Une autre variable qui donne une indication du succès est l’âge de l’enfant. Les plus jeunes enfants sont généralement plus vulnérables que les plus âgés. Aussi, une autre variable est la profondeur et le degré d’implication de la relation parent-enfant avant la séparation. Plus la relation a été longue et engagée, moins les enfants seront vulnérables à une aliénation réussie. L’ultime indicateur est la ténacité parentale du parent cible. Un parent cible abandonne souvent et va vivre sa vie, augmentant considérablement les chances d’une aliénation réussie.

La question reste en suspends: que faire si les quatre critères sont présents, mais les enfants ne sont pas aliénés complètement ? Cet échec de l’aliénation doit-il être vu comme annulant la tentative d’aliénation ? La réponse à cela doit être résolument  » non ! « . Cela doit être, mais souvent ça ne l’est pas. Il est très courant de lire une évaluation psychologique ou un rapport de GAL* qui identifie le PAS mais remarque que puisqu’il a échoué, il ne doit pas être pris au sérieux. Rien n’est moins sûr. Toute tentative d’aliéner les enfants par rapport à l’autre parent doit être vue comme une violation directe et délibérée de l’un des premiers devoirs de la parenté, qui est de promouvoir et d’encourager une relation positive et affectueuse avec l’autre parent, et le concept de responsabilité parentale partagée.

C’est notre sentiment que quand une tentative de PAS a été identifiée, réussie ou non, elle doit être traitée rapidement par les tribunaux. Sinon, cela contaminera et contrôlera tranquillement tous les autres problèmes parentaux, et conduira seulement au malheur, la frustration et finalement à l’éloignement parental.


http://2parents.net/spip.php?article98

Une réaction d’une internaute qui dit long sur les dérapages:

Le Syndrome d’aliénation parentale

2 juin 2009, par chantal COTTET PYROplasticienne et ARTiviste

Les grands responsables du SAP sont nos politiques qui ne contrôlent pas l’institution judiciaire, alors qu’ils en ont l’obligation (c’est toute la leçon à tirer de l’affaire d’Outreau, avec le fait aussi que les « voies de recours » vers lesquelles nous renvoient les politiques n’existent pas : les décisions du juge Burgaud ont été confirmées par les 84 juges-putes qui ont statué sur les voies de recours des « victimes » d’Outreau). Responsables aussi les Ministres de la Justice et les Présidents de la République qui ont le devoir de saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature lorsque des citoyens les informent de dérives commises par des magistrats. Car il n’y a pas de parent aliénant sans la complicité des juges-putes et des procureurs-ordures. Et ce sont ces juges-putes et ces procureurs-ordures qui commettent le pire en condamnant en correctionnelle le parent écarté pour non-paiement de la pension alimentaire à laquelle il a été abusivement condamné (comme dans mon cas où la pension que je devais verser à mon mari richissime a été calculée sur la base d’une HYPOTHETIQUE reprise de mon activité d’art plastique, COMPTE TENU DE MA NOTORIETE, -alors que dans le même temps les juges-putes reconnaissaient que mon mari avait détruit tous mes biens professionnels et que donc je ne pouvais pas exercer mon activité-). Car il faut savoir que la condamnation pour non-paiement de la pension est assortie de la condamnation pour ABANDON DE FAMILLE. Et cette condamnation pour ABANDON DE FAMILLE prononcée par ces juges-putes et ces procureurs-ordures retire définitivement au parent écarté son statut de père ou de mère. L’enfant n’a plus aucune obligation envers le parent condamné vieillissant et le parent écarté est alors entièrement à la charge de la collectivité. Vous savez que les maisons de retraite sont très couteuses et que lorsque la retraite du parent vieillissant ne suffit pas, les enfants sont mis à contribution, aussi j’invite les citoyens à engager une procédure pour ABANDON de FAMILLE pour ne pas avoir à payer les coûts exorbitants des maisons de retraite et en laisser la charge à la collectivité ; les politiques comprendront alors peut-être l’intérêt qu’il y a à réformer cette justice de merde ! Chantal COTTET représentante www.collectif-justice.net http://ministere-crise-justice.over… http://collectif-justice.over-blog.cominfo@collectif-justice.net

août 8, 2009

LINDA A FAILLI ETRE TUEE PAR SA MERE A 5 MOIS DE GROSSESSE AUJOURD’HUI SA MERE FAIT TOUT POUR LA COUPER DE SON PERE!

La protection des droits de l’enfant en tunisie:une façade pour l’international? le cri d’un père…

Je suis médecin dentiste exerçant en libre pratique

marié depuis 2002 avec une tuniso-hollandaise n’ayant jamais vécu en hollande, avec un enfant (une fille de bientot 6 ans).

https://sauverlinda.wordpress.com/ma-femme-et-les-messages-contradictoires-qui-m4ont-fait-perdre-mes-reperes-mettant-ses-actes-sur-le-compte-de-limmaturite-alors-quelle-me-manipulait-profitant-de-ma-tolerance/

Je vis un tourment conjugual invraisemblable qui se répète chaque année,où ma femme et ma belle mère utilisent ma fille( pour laquelle j’ai été un très bon père depuis sa procréation meme!)comme outil de chantage et un nerf de guerre.

J‘ai toujours été un bon mari qui respecte la totalité de ses engagements conjugaux,en opposition je n’ai rencontré qu’ingratitude,perfidie et conspiration,ce qu’au début je mettait sur le compte de l’immaturité…

Récemment,suite à de multiples documentations,j’ai découvert que ma femme souffre d’une maladie psychiatrique qui s’apelle la perversion narcissique (c’est une catégorie qu’on apelle psychotique blanc,qui a l’air tout à fait normal en apparence ,mais ses dessous sont hyperdestructeur ce qui les qualifie de dangereux), d’ailleurs sa mère présente le meme profil,ce qui rend le tableau encore plus sombre.

Chaque année ma femme quitte le foyer conjugual discretement ,en emmenant ma fille avec elle,et sans aucun motif valable( et va par la suite prétendre que je l’agressait alors que je la traitait comme tout bon mari,et qu’elle n’a jamais présenté quoi que ce soit qui va dans ce sens et ce qui était source d’étonnement de tout mon voisinage proche là ou nous habitons!) à une distance de 55km .

Chaque année ,je ne comprenait pas ce qui arrivait,je voyais mal que mon enfant soit un jour un enfant du divorce et victime d’une belle-mère qui instrumentalisait ma femme comme bon lui semblait…encore je ne pouvait plus me concentrer sur mon travail qui ,d’une part demande une grande minutie et d’autre part me tiens par de grands engagements financiers à honorer et qui sont devenus mon talon d’achille aux yeux de ma belle mère à coté de mon attachement à ma fille…

Ma femme, et sans vergogne , joue de tout ce qui est sacré et m’expose à des situations invraisemblables et qui me laisse perplexe,de fausses accusations en toile d’araignées,dans le but de couper tout lien avec ma fille ,ce qui m’affectera en plein coeur,encore elle est en train d’infliger à ma fille ce qu’on apelle un syndrome d’aliénation parentale: un sujet auquel la juridiction et la protection de l’enfance n’en évalue pas l’ampleur des dégats auquel s’expose ma fille dans son environnement actuel,bien au contraire ,par leur silence , par la longueur de la procédure,par leur manque de professionnalisme flagrant il n’ont fait qu’endiguer le danger….

Actuellement,je me rend compte que ma femme avec la conspiration de sa mère n’a jamais eu la prétention de fonder une famille où elle assumerait sa responsabilité,l’homme n’a pas de place et elle se reconnait mieux dans le profil de femme célibataire que malheureusement la loi tunisienne par son ouverture sur les droits de la femme(dont la finalité louable est d’assurer l’équité pour les femmes opprimées dans leur droits) et qui donnait la garde (voire meme la tutelle) des enfants de façon systématique à la femme,constituait la plateforme idéale pour me consommer comme un plat froid et m’assassiner psychiquement et materiellement!

Par l’obtention de cette garde meme,elle oeuvrait dans l’instrumentalisation de ma fille par un vrai lavage de cerveau pour justifier au yeux de ma fille sa décision infondée de détruire cette famille et l’éloigner de moi,d’ailleurs elle lui a meme demandé de ne plus se présenter par mon nom de famille.

Plus loin encore,toute tentative de contacter ma fille devrait etre coupée ne serait-ce que voir ma fille à l’école qui est deja loin de 55 km,bien sur en essayant de faire une conspiration avec les maitresses d’école en proférant de faux témoignages après les avoir trainé dans sa toile d’araignée de mensonges et où elle jouait parfaitement le role de victime et en me traitant de tout les maux de la terre!

un vrai hitchcok! qui croirais tout ça!

Six ans de calvaire,chaque année avec tout les dérapages juridiques qui sont aberrants,avec des réactions viscérales contre les hommes émanant de juge de famille,d’institutrice d’écoles,et dernièrement de psychologues qui sont tous des femmes et dont l’attitude témoigne d’une irresponsabilité flagrante à l’égard d’un père et d’une fille qui sont déja victime d’une mère psychopath le moins qu’on puisse dire…et ce n’est pas les arguments qui manquent et pourtant la justice fait semblant comme si rien n’était!

La convention des droits de l’enfants est une lettre morte!une façade vis à vis de l’international!

après que mes droits et ceux de ma fille ont été bafoués littéralement par la justice,je me demande à qui m’adresser pour lever cette injustice? et comment arreter cette dictature affective que ma femme inflige à ma fille sous le paravent de la justice et qui constitue un réel danger comme abus émotionnel (l’aliénation parentale) et dont les impacts sont qualifiée par les experts psychiatre ,comme aussi graves que ceux commis par un abus sexuel! (voir pour commencer, lerapport de jean marc DELFIEU,expert psychiatre près de la cour d’appel de nimes ,sur internet à propos de l’aliénation parentale….)

Que peut faire un père confronté à ce mur honteux de silence….c’est ignoble ce que m’inflige mon pays par cette injustice assassine! pour qui me reveillerais-je desormais le matin? moi qui croyait tout devoir donner à mon pays et à mes concitoyens en ayant le dos et le visage découvert,où coulait dans mon sang « فلا عاش في تونس من خانها ولا عاش من ليس من جندها  » alors qu’aujourd’hui je me rend compte que j’ai épuisé toutes les ressources légale pour me trouver façe à une machine de justice qui opère dans l’illégalité?

JE SUIS DEGOUTE,J’AI GOUT A RIEN ,ON ASTREINT LES PERES A DISPARAITRE DE LA VUE DE LEURS ENFANT? ALORS QU’UN PERE SE DEVOUE INCONDITIONNELLEMENT POUR SON PAYS ,POUR SA FAMILLE,ON LUI ARRACHE SON ENFANT DEVANT SES YEUX AU NOM DE LA LOI ,UNE LOI DE MOTS CROISES LE MOINS QU’ON PUISSE DIRE ,POUR NE PAS DIRE UNE LOI QUI OPERE SOUS L’ANGLE DU COPINAGE!

AIDEZ MOI ET MA FILLE POUR SORTIR DE CE CALVAIRE! SI VOUS CROYEZ QU’IL YA UNE JUSTICE DANS CE PAYS…MERCI D’AVANCE

ne nous volez pas notre sourire!

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.